Jean-claude et Bernadette vous attendent pour passer un moment privilégié dans leur crêperie...
Réservations conseillées au 04 90 22 27 90
Jean-Claude Souiller et Bernadette Roll ont le plaisir de vous accueillir à la crêperie St Sat depuis plus de 10 ans.

La crêperie St Sat est située à St Saturnin les Avignon, village idéalement situé au cœur de la PROVENCE , juste à coté d'Avignon. Nous avons le plaisir de vous conviez aux saveurs de la Bretagne à travers ses produits gastronomiques, comme les crêpes et les galettes.

La spécialité incontournable de la crêperie demeure la galette au sarrasin que Jean-Claude Souiller "Maître crêpier" réalise selon vos goûts de la plus traditionnelle à la plus gastronomique.

Des menus complets, des crêpes desserts alléchantes et une variété de cidres vous seront aussi proposés pour faire de votre repas, un moment chaleureux et une escapade du coté de la Bretagne...

L'été nous avons le plaisir de vous accueillir sur notre terrasse ombragée autour de la piscine pour des instant de fraîcheur et de dégustations culinaires estivales...

La crêperie vous propose aussi tout le long de l'année, des animations en soirées qui sont consultables sur notre site ainsi que sur notre page facebook.
Nous pouvons accueillir des groupes d'une vingtaine de personnes, pour tous vos événements : Anniversaire, repas d'entreprise... Contactez-nous, et offrez-vous un moment inoubliable.
 
Réservations conseillées au 04 90 22 27 90.

Ouvert tous les soirs, sauf le mercredi
Modes de paiements acceptés :
Espèces, chèques, carte bleue, tickets restaurant et chèques vacances
Informations et réservations :
04 90 22 27 90
liens utiles :
ecole-creperie84.fr

Venez en toute confiance...

Toujours le plaisir de vous accueillir...

Pour en savoir un petit peu plus...

L'histoire des galettes...

On pense que les galettes, simple mélange de farine et eau, ont dû apparaître vers 7000 ans avant Jésus-Christ, en même temps que les bouillies, les soupes et les premières formes de pain sans levain. Peut-être sont-elles nées de la maladresse d’une femme qui, renversant de la bouillie sur la pierre brûlante du foyer, s’aperçut qu’elle obtenait ainsi une galette très plate, cuite instantanément, facile à rouler et agréable au palais.

On retrouve d’ailleurs des sortes de galettes ou crêpes dans toutes les civilisations de l’Ancien et du Nouveau Monde, qu’elles soient faites à partir de farine de blé, de riz, de maïs ou d’autres céréales.

Crêpes ou galettes, pain quotidien, donnèrent lieu à bon nombres de coutumes qui jalonnèrent l’histoire du terroir breton.

La légende...

On raconte que, sur l’île d’Ouessant, le jeune homme qui désirait épouser sa belle venait rendre visite aux parents de celle-ci afin de demander sa main. La mère de la jeune fille préparait alors galettes et lard qu’elle tenait enfermés dans l’armoire. Le jeune homme faisait sa demande au père. S’il était agréé, la mère de la jeune fille posait ces victuailles sur la table et tout le monde s’ en régalait. Les jeunes gens comprenaient ainsi qu’ils étaient promis et pouvaient repartir ensemble pour un essai d’un an, avant la consécration du mariage.

De nos jours, crêpes et galettes ont perdu toute signification rituelle, à l’exception des crêpes au cidre doux qui s’offrent encore de maison à maison en remerciement de l’aide apportée à la fabrication du cidre.

L'art de la fabrication du cidre

La fabrication du cidre débute chaque année avec la récolte des pommes vers la fin du mois de septembre, lorsque les fruits sont murs et gorgés de soleil.

Les pommes sélectionnées pour leur richesse et leur caractère sont lavées, triées puis réduites en pulpe avant d’en extraire le jus au cours de l’étape de pressurage.

Les jus sont ensuite lentement portés à maturation lors de la fermentation qui s’effectue en 2 ou 3 semaines. Le cidre nait véritablement lorsque le sucre se transforme en alcool.

Les différentes qualités de cidre ainsi obtenues sont assemblées dans le secret des caves sous le regard attentif du maître de chais pour une osmose parfaite entre le sucre l’acidité et l’amertume.

Il ne reste plus alors qu’à embouteiller le cidre avant de le déguster.